Brunch philo – Georges Vigarello

Quoi de mieux, aux vues des récentes baisses des températures extérieures, que de se laisser glisser de son lit pour retrouver l’odeur de café et de croissants chauds des désormais célèbres brunchs philos de la Maison du Livre. Le réveil se termine en douceur et l’on se retrouve dans un état de bien-être propice à la réflexion…voir la méditation. Et c’est précisément de cela dont il s’agit.

Georges Vigarello, directeur d’études à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), était invité, dans le cadre du Festival Mode d’Emploi, à présenter son travail de recherche sur l’historique de la conscience de soi par le corps. Cet agrégée de philosophie a tout d’abord débuté sa carrière dans l’enseignement, et ce n’est pas par hasard qu’il choisit l’EPS. Outre l’intérêt pour l’activité du corps, il se sent attiré par une discipline qui n’a été, à tord, que très peu théorisée.

Alors bien sur il y a beaucoup de concepts et de références historiques dans les propos de Vigarello et je ne vous en ferai pas un condensé ici, mais je vous invite à lire son travail, dans Le sentiment de soi, par exemple.

Le vif intérêt suscité par l’intervention de Georges Vigarello (si l’on en juge à la foule présente ce matin) n’est pas anodin dans une ère où les pratiques du type yoga, méditation…ont la part belle. Nul ne doute aujourd’hui qu’en agissant sur le bien être de leur corps, ils influenceront leur santé mentale, leur humeur…

Je ne peux, pour ma part, que saluer ce discours qui réhabilite le corps au plus haut niveau. Car je reste intimement convaincue que nous avons encore beaucoup de chemin à faire pour que cette idée devienne le sens commun, notamment en matière d’éducation.

Par cette réflexion sur le lien entre identité et corps, s’achève le cycle sur l’identité pour faire place au concept du corps abordé dès janvier 2015 dans d’autres brunchs philos…

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.