Les invites – Villeurbanne

Petit retour sur la riche programmation de cette toute nouvelle édition du festival Les invites de Villeurbanne. Au programme: spectacles d’arts de rue et concerts live.

Silence, on tourne !, Pockemon Crew

IMG_8150   IMG_8141

 Les Pockemon Crew étaient très attendus par le public ce soir là… et ils ne l’ont pas déçu !

Pour ma part, j’ai redécouvert ce spectacle que j’avais auparavant vu à l’Espace Albert Camus de Lyon. Même si danser en plein air avec peu de lumières semble plus difficile, j’ai préféré les voir danser aux Invites. On retiendra surtout le talent de ces danseurs et leur bonne humeur. Le thème de la prestation, le cinéma, est très (trop ?) accessible et plait donc au plus grand nombre. Fidèles à eux même, les Pockemon Crew ont terminé par un petit battle pour nous montrer leurs talents de break dancer qui en font des danseurs mondialement connus.

T’as de beaux yeux tu sais Carabosse, L’illustre Famille Burattini

burattini-carabosse-creudit-reugis-nardoux

Avec un humour qui peut faire grincer quelques dents, la famille Burattini fait partie des « habitués » des invites. Un spectacle de marionnettes à l’adresse des enfants mais rempli de messages ironiques destinés aux parents…Du théâtre participatif dont les enfants raffolent. Attention le mot d’ordre de la Compagnie n’est autre que l’irrespect et la dénonciation des travers de notre société.

Cabaret, Le Petit Théâtre de Pain

IMG_8156

Avec Cabaret, Le Petit Théâtre de Pain nous propose un spectacle musical et burlesque, porté par des personnages de cultures et de langues différentes. On passe d’anciens chants des Balkans à des chants juifs, en passant par du rap, du blues, du tango, du jazz français…un choix éclectique pour le moins original!

Si l’on est quelque peu désarçonné par le début du spectacle où l’on s’interroge un peu sur le propos et l’orientation du spectacle, on finit par entrer dans la fête et adhérer à l’humour de la compagnie. Et lorsque l’on se laisse porter, on en ressort ravi d’avoir passer un moment joyeux et festif !

Nullwert, BROTHA from another MOTHA Company & Physical Dance Theater 

10407852_832601820126583_8344069629835703744_n

photo @Gilles Aguilar

Nullwert est né de la rencontre et de la collaboration entre la compagnie de danse du chorégraphe suisse Marcel Leemann, Physical Dance Theater, et la compagnie tunisienne, Brotha from Another Motha Company dirigée par Seifeddine Manai. Nous découvrons ici la création, tout juste terminée.

Si au départ l’entrée dans le terrain vague -qui sert de décor- a attiré les foules, bon nombre de spectateurs ont renoncé tant l’accueil était des plus intrigants et déstabilisants:  En effet le groupe de danseurs se déplace dans le lieu avec énergie et fougue, en bousculant au passage les spectateurs qui tentent de s’écarter…On est donc d’abord déstabilisé mais aussi forcé à entrer sans détour dans le suivi de la déambulation du groupe. Nous voilà immergés dans la scène qui se déroule sous nos yeux et saisis par l’urgence, le dramatique de la situation…La prouesse des danseurs (et leur beauté), qui n’hésitent pas à chuter, se blesser en tombant au sol, nous renvoie un réalisme surprenant et saisissant…On est totalement happé par le drame de la scène. Cela valait le coup de s’accrocher (comme souvent!) Un vrai coup de cœur!

Batman contre Robespierre, Le Grand Colossal Théâtre

grand-colossal-theatre-credit-laura-mac-coll-2

IMG_8151

Le Grand Colossal Théâtre nous propose ici une satyre de notre société à travers la lente descente aux enfers d’un homme qui avait pourtant « tout réussi dans la vie ». Et cette société se retrouve à courir après lui, l’homme à la marge qui fait peur et qui dérange. Une société dont les croyances se retrouvent incarnées dans les super héros…

Un moment agréable qui nous pousse à avoir un regard critique sur les dérives de la publicité et de la télévision…

Cavale, Yoann BOURGEOIS

 P1030704

Cavale est un poème qui traite de la chute et de son éternel recommencement. Les deux danseurs jumeaux exécutent avec douceur et légèreté la montée et la descente de ces escaliers.
A travers le mythe de Sisyphe, héros de la Mythologie grecque qui évoque l’éternel recommencement, et inspiré d’une phrase de Pindare : «Ô mon âme, n’aspire pas à la vie immortelle, mais épuise le champ du possible », Yoann Bourgeois met en forme avec brio cette expérience du saut, de l’envol, en repoussant les limites de l’apesanteur.

Un spectacle magique et poétique qui donne surtout à voir et à voler avec ces corps en mouvement! On se laisse porter par la beauté du spectacle trop court à mon goût!

Bien sûr il y avait encore beaucoup à voir, mais une chose est sûre: on sera au rendez vous l’année prochaine!

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.