Re/Découvrir le cinéma de Claude Sautet

Grace à la rétrospective Sautet du festival Lumière, j’ai pu découvrir ses premiers films et replonger ainsi dans les années 70. Outre ses décors enfumés, sa déco et ses looks typiques, ses films m’ont permis de redécouvrir le cinéma de Sautet : la force de ses dialogues, le génie de ses scénarios qui nous content le quotidien de personnages simples. Le portrait psychologique qui est fait de chacun d’eux nous permet de partager leur doute et leur réflexion sur la vie.

Petit bémol tout de même sur la place de la femme qui est souvent au service de l’homme…

Sélection de trois films disponibles en version restaurée à partir du 17 décembre 2014.

Claude Sautet : Les choses de la vie  (1970)

Alors qu’il vient de quitter sa compagne Hélène (Romy Schneider) en lui signifiant qu’il souhaitait rompre, Pierre (Michel Piccoli) architecte d’une quarantaine d’années prend la route pour Rennes.
Après avoir muri sa réflexion durant le trajet, il revient sur sa décision et laisse un message ardent à Hélène lui proposant de le rejoindre.
Il est alors victime d’un accident. Son passé se déroule alors devant lui : sa vie avec son ex-femme Catherine et son fils, son attachement à la maison de l’ile de Ré et son bonheur récent avec Hélène.
Mais il a encore sur lui la lettre de rupture qu’il avait écrite avant de partir…

Outre l’état entre la vie et la mort de Pierre, on est capté par l’intrigue qu’impose la lettre…on se dit que la vie tient à peu de chose !

1970Leschosesdelavie-Lascosasdelavidafra01

Claude Sautet : César et Rosalie (1972)

César (Yves Montand) et Rosalie (Romy Schneider) forme un couple heureux et amoureux : elle, en admiration devant le charisme de cet homme, s’amuse de ses humeurs caractérielles, et lui, flatter de cette admiration bienveillante. David, ancien amant de Rosalie, réapparait dans sa vie avec l’intention de la reconquérir. Mais passée la rivalité entre les deux hommes, c’est une amitié qui s’installe entre eux.

Une triangulaire amoureuse classique dans lequel Montand campe son meilleur rôle. Il excelle en homme prétentieux et le couple qu’il forme avec Romy Schneider est bouleversant de crédibilité.

Affiche-du-film-CESAR-ET-ROSALIE

Claude Sautet : Vincent, François, Paul…et les autres (1974)

Une bande de quinquagénaires, amis depuis l’enfance, de retrouve chaque dimanche à la campagne. Malgré les déboires professionnels et sentimentaux de chacun, l’amitié reste leur point d’ancrage dans leur vie. Amitié qui les réunira encore lorsque l’un d’entre eux, Vincent (Michel Piccoli), sera victime d’une crise cardiaque.

Un film sur la puissance et la fidélité des liens d’amitié, et quel bonheur de ressentir le réconfort d’une journée à la campagne, autour d’un bon repas et au chaud dans un gros gilet (surtout celui de Depardieu !)19849227

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.