Woodstower

Woodstower pour bien finir l’été

Pour terminer l’été sur une note festive, je suis allée au festival Woodstower au grand parc de Miribel Jonage ce samedi 27 août. Grande première pour moi, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre et la programmation ne me parlait pas vraiment.

Woodstower débutait à 16h et nous en avons franchis l’entrée à 20h. Dès notre arrivée, nous avons été un peu surpris par le peu de monde présent sur le festival. Sans doute à cause de la chaleur qui a incité les festivaliers à profiter du lac de Miribel Jonage jusqu’à la tombée de la nuit. Le cadre du festival est en effet très agréable et le fait que toute sortie soit définitive n’incite pas à y rentrer tôt. Les artistes qui se produisaient dans l’après-midi ont dû être un peu déçus. En revanche, le site ferme ses portes à cinq heures du matin ce qui reste relativement tard pour un festival.

Une programmation très variée

Le site du festival Woodstower ressemble à celui de beaucoup de festivals avec des stands pour manger, des buvettes et plusieurs animations. Les boissons s’achètent pas le biais de tickets à l’entrée.

On ne va pas à Woodstower pour les têtes d’affiche puisque peu d’artistes sont réellement connus du grand public. On s’y rend plutôt pour prolonger l’été et pour découvrir une programmation d’artistes très éclectique. Du pop rock à l’électro, en passant par le rap, il y en a pour tous les goûts même si le festival semble attirer un public jeune (moins de 30 ans). Le tarif attractif d’une vingtaine d’euro le samedi en est sans doute une des raisons. La journée du dimanche est même gratuite.

Le festival regroupe 4 scènes malheureusement pas assez espacées les unes des unes. Plusieurs concerts ont lieu en même temps et il nous arrive donc d’entendre les sons de deux concerts en simultané, ce qui est un peu désagréable. Les artistes se retrouvent également à chanter devant un nombre restreint de personnes puisque celles-ci sont éparpillées sur les différentes scènes. Il aurait surement été préférable d’intercaler les artistes pour ne pas en produire en même temps.

Une belle découverte, Flavien Berger

Woodstower c’est l’occasion de faire de belles découvertes musicales comme celle de Flavien Berger. Pas banal, cet artiste de 29 ans apprend à jouer de la musique sur sa playstation 2 grâce à un jeu vidéo. Quelques années plus tard, il en ressort un style singulier mêlant électro pop avec des sons plus ou moins rythmés et décalés. Loin des conventions, Flavien Berger n’hésite pas à jouer des morceaux qui durent plus de 10 minutes mais sans jamais nous lasser. Ces chansons regroupent différents rythmes comme dans son titre phare « La fête Noire ». Puisant son inspiration auprès d’influences diverses, il a été la belle surprise de ce festival.

Globalement, Woodstower tient sa promesse de nous faire finir l’été en beauté. Que ce soit pour profiter du cadre, découvrir de nouveaux artistes ou participer à diverses animations, une multitude de raisons vous incitent à y aller. Si vous avez raté Woodstower cette année, vous pourrez vous y rendre l’année prochaine à la même période. Le festival ne s’arrêtera sans doute pas à son 18eme anniversaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.